La Voix du Nord du 18 Février 2014

Testé pour vous, l’aéromodélisme : mes premiers essais de vol chez les Avionneux de Wavrin

Par ODETTE LAVALLEZ / PHOTOS PHILIPPE PAUCHET

Qui n’a pas rêvé de se rapprocher des nuages en pilotant un avion ? Qu’on se le dise, on peut retrouver des sensations similaires sans s’installer dans un cockpit, mais en manœuvrant à distance. C’est ce qui s’appelle l’aéromodélisme. Et ce n’est pas si évident que cela…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non loin de la RN 41, dans un espace herbeux balisé par des cônes, sur la route du contournement de Wavrin, les membres du club des Avionneux m’accueillent, me montrent l’engin, de belle envergure, que je vais piloter. Enfin pas tout de suite, car le trésorier Gérard Larosche m’indique le passage obligé par le simulateur.

La télécommande dans les mains pourrait me sembler familière… sauf qu’ici on n’est pas dans un jeu vidéo. Les tigettes ont des fonctions bien précises : mettre les gaz (pour monter), les réduire, les arrêter, virer à droite ou à gauche… Houla ! J’y vais un peu fort, du coup l’avion a des mouvements brusques, part en piqué, finit par se crasher…

Je ne me sens pas très douée. Les dirigeants qui m’entourent se montrent rassurants. Il faut savoir que le pilotage est bien plus délicat que dans un avion réel car il faut s’installer dans l’avion de manière virtuelle. Les tigettes sont extrêmement sensibles. Voilà pourquoi l’entraînement sur le simulateur est important. Et permet par la suite aux plus aguerris de travailler des figures.

Ouf, l’avion ne se crashera pas !

Grâce aux Avionneux, je vais pouvoir brûler les étapes, juste histoire, maintenant, de tester en l’air le Mentor de l’école. Ce n’est pas moi qui assure le décollage mais l’instructeur Jean-Marc Cambier avant de me laisser à mon tour maîtriser « l’oiseau » avec un vent de 15 km/h. Juste le temps de sentir mon cœur battre parce que je crains la moindre erreur. L’avion ne se crashera pas de toute façon, car Jean-Marc veille à reprendre le pilotage en cas de risque. Je suis encore loin de faire des « baignoires » (gauche ou droite), mais quelques séances de simulateur supplémentaires accompagnées de vols en duo devraient me permettre de débuter dans le monde de l’aéromodélisme où les femmes sont aussi les bienvenues.

PRATIQUE

Où ? Chemin de Noël (contournement près de la RN 41). Secrétariat, Denis Fabre, 0683394434.

Quand ? Le club s’entraîne tous les jours.

Combien ? Cotisation annuelle : 85 €. Le nouvel arrivant bénéficie de leçons de pilotage gratuites (simulateur et vol en duo sur l’avion école). Lorsqu’il aura son propre avion, il pourra aussi s’entraîner en doubles commandes. Compter 150 € pour un avion électrique (premier prix) plus le prix de l’émetteur (télécommande à partir de 120 €) et le chargeur d’accus. Fournisseurs : J.-Pierre Gay (Oxalium à Saint-Omer) ; Net Loisirs à La Madeleine.